Hélices Rolls Royce

Six astuces pour des photos d’usines hors du commun

Expertise
Faut-il tout arrêter dans l’usine pour réaliser un shooting photo ? Comment briefer les collaborateurs ? Comment trouver l’angle parfait ? Les questions sont innombrables avant de se lancer dans un shooting photo en usine ou en laboratoire. Tour d’horizon des astuces clés pour réussir ses clichés de lignes de production, de machines industrielles, de locaux ou de salariés au travail.

« On ne prend pas en photo un laboratoire ou une usine comme on organise un shooting de mariage », prévient d’emblée Benoît Decout, photographe professionnel au sein de l’agence RÉA. Dès lors, pas question de faire appel à un photographe amateur. D’autant que les photos de ligne de production se révèlent cruciales pour les entreprises. Rassurer sur des sujets de « compliance » (respect de la réglementation), de sécurité, d’hygiène ou simplement communiquer sur ses processus de fabrication… Les objectifs sont multiples mais tous requièrent des photos originales et d’une qualité irréprochable.

Astuce 1 : préparer le shooting photo de son usine

En amont, la première étape consiste à préparer autant que faire se peut son shooting photo en usine. « Le repérage est essentiel. Il s’agit de trouver les quelques spots de prises de vue, de bien déterminer ce qui est confidentiel, de saisir le déroulé des opérations et de comprendre le planning de l’usine. En effet, selon le jour du shooting, les produits et les opérations peuvent varier ce qui a un impact direct sur les couleurs et le rendu final des photos », explique Benoît Decout. « De plus, en cas d’utilisation d’un drone pour des photos aériennes originales, il est indispensable de se préparer en amont pour obtenir les autorisations. Autant d’aspects que maîtrisent les agences photos », ajoute Michel Gaillard, pilote et droniste. Et la préparation détient un autre avantage. Grâce à elle, le photographe professionnel peut scénariser son shooting, faire en sorte que les photos racontent une histoire en suivant, par exemple, un processus, de la matière première au produit fini.

Ligne de production pâtes Barilla/ Benoit DECOUT/REA

Astuce 2 : ne rien changer à ses habitudes

Le jour du shooting photo en usine ou en laboratoire, nul besoin d’arrêter la chaîne de production ! Un photographe professionnel spécialisé sait se fondre dans un environnement industriel pour en capter l’essentiel, sans avoir besoin d’arrêter les machines, de faire poser les salariés ou d’interrompre la production.

Astuce 3 : miser sur l’humain – voire l’humour

Mais le principal défi du photographe spécialisé sur le shooting d’usine est ailleurs : « Le principal challenge consiste à casser l’image de l’usine “à la Charlot”, un environnement froid, gris et mécanique. C’est la raison pour laquelle j’essaie d’introduire de l’humain et quelquefois des traits d’humour dans les shootings », explique Benoît Decout.

Astuce 4 : miser sur la simplicité

« Une des erreurs les plus courantes consiste à surcharger son image. Même si elle doit faire passer un message, une photo d’usine doit être graphique, épurée pour attirer l’œil sur un sujet, une machine, un objet. Une abondance de détails nuit à la compréhension et à l’impact de la photo », explique Colin Le Fur , chargé de clientele.

Une composition graphique d’usine BMW /Henrik SPOHLER/LAIF-REA

Astuce 5 : passer par des éclairages artificiels

Comment effacer les imperfections des usines (poussières, débris, etc.) ? « Au-delà du cadrage, l’éclairage artificiel permet de “lisser” le décor en créant un noir en fond ou des effets de flous pour ne citer que deux exemples. Un bon moyen également de créer un environnement quasi épuré, même dans le cas d’un décor en apparence chargé », analyse le photographe spécialiste du shooting en usine.

Astuce 6 : faire confiance à l’œil du photographe professionnel

De même, quels que soient les buts poursuivis par la communication visuelle, le photographe professionnel est en mesure de trouver les bons angles et les bons cadrages. Jeux avec les lignes de fuite, avec les zones de flou, avec les couleurs… Seul un photographe professionnel parvient à capter une usine sous un angle qui sorte des sentiers battus. « Les usines permettent des photos originales avec des jeux uniques sur les formes, les volumes, les effets de démultiplication, etc. Un photographe professionnel et habitué parvient à saisir ses éléments sur pellicule et à donner un côté “artistique” aux photos d’usine. À tel point que nos photos surprennent généralement les responsables des usines : ils ne pensaient pas que leur lieu pouvait être à ce point sublimé », relate Benoît Decout.