Une photothèque dans mon entreprise, pour quoi faire ?

Une photothèque dans mon entreprise, pour quoi faire ?

Expertise
Portraits de collaborateurs, photos d’usine ou sur site, promotion d’un produit… dans le B to B aussi, l’image s’inscrit comme une valeur ajoutée marketing indéniable. Mais encore faut-il respecter quelques règles essentielles. Et si la photothèque répondait à vos nombreuses problématiques de communication interne et externe ?

Le poids de l’image ne fait plus débat : communication print, intranet, site web, réseaux sociaux, relations presse… Une bonne photo est susceptible de faire mouche sur un grand nombre de canaux, y compris en B to B. À l’heure du smartphone et de la montée en puissance d’Instagram, la photo d’entreprise semble ainsi indispensable et par la même occasion hyper accessible. Pourtant, dans le secteur du business to business, la photographie doit rester l’affaire de professionnels pour éviter les ratés. De la diffusion de clichés sans autorisation, à la publication de photographies non chartées par le département communication : les dérives peuvent être nombreuses.

Une photothèque pour tirer parti de son patrimoine iconographique

« Production d’images professionnelles rime avec gestion ». Aurélie Lacouchie, responsable du pôle image au sein de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA) n’en démord pas. Lorsqu’une entreprise accumule un nombre exponentiel de visuels, la question de leur stockage et de leur identification dans la durée amène irrémédiablement à la mise en place d’une organisation méthodique. « Comment nommer les photos pour les retrouver facilement ? Comment savoir quels droits d’utilisation je possède sur chaque cliché ? Comment valoriser les images ? Autant de problématiques à prendre en compte pour donner au plus grand nombre la possibilité d’utiliser ces clichés à bon escient : service communication, collaborateurs identifiés ou agence partenaire », complète Aurélie Lacouchie. Laisser dormir son patrimoine iconographique ou ne l’exploiter qu’à moitié serait passer à côté d’une ressource stratégique en termes de communication.

Fred MARVAUX / REA

Le partage pour maître-mot

L’un des pièges consiste à croire que chaque collaborateur de l’entreprise ou de son écosystème peut gérer seul ses productions photographiques grâce à une nomenclature personnelle. Aussi rigoureuse soit-elle, cette pratique sous-estime deux points essentiels : le long terme et la transversalité. En effet, le suivi de l’iconographie doit pouvoir excéder la durée de travail d’un collaborateur au sein de l’entreprise et être partagé par tous. Pour y parvenir, une seule solution : une normalisation de l’indexation. Et dans ce contexte, la photothèque présente des avantages indéniables pour le stockage, le suivi, la production, la commande, la diffusion et la valorisation des images de l’entreprise, quelle que soit sa taille. « La photothèque n’est pas uniquement réservée aux grandes structures ! C’est une solution parfaitement adaptée aux PME-PMI », précise Aurélie Lacouchie.

Une photothèque dans mon entreprise, pour quoi faire ?

Un investissement sur le long terme

Avant de se lancer dans l’installation d’une photothèque et d’investir à la fois côté outils logiciels et ressources humaines, il est néanmoins nécessaire de prendre le temps de trouver la solution la plus cohérente. Autrement dit, réaliser un audit. Quels sont mes besoins de stockage ? Quelle stratégie de diffusion mettre en place ? Qui seront les utilisateurs de cette photothèque ? Le champ des possibles est large et doit être circonscrit à vos besoins réels.

« S’il semble indispensable de se faire aider par des experts pour la mise en place technique, une période de formation en interne est aussi essentielle pour assurer un suivi optimal et de qualité, ajoute Luc Lessertisseur, commercial au sein de l’agence REA. C’est pourquoi nous proposons toujours à nos clients un audit de leur patrimoine iconographique, suivi de l’installation sur site de la photothèque et d’une formation aux utilisateurs ».
Et s’il est possible de devenir autonome quant à la gestion et valorisation de ses images, ne rougissez pas à l’envie de tout externaliser. « REA peut s’occuper de l’ensemble de la chaîne iconographique d’une entreprise : de la production d’images sur mesure jusqu’à l’indexation. Et parfois même, transformer la photothèque en plate-forme de revente de photos ! » conclut l’expert photo.

Une méthode qui porte ses fruits si l’on en croit les références de l’agence spécialisée en photographie d’entreprise. On pense notamment à Chronopost ou Challenges pour les plus connues.

Vous souhaitez des informations
complémentaires ou franchir le pas ?

Contactez-nous